Fiche technique: Oiseau: Caille

0 Shares

La caille est un oiseau de petite taille, au plumage varié, pattes courtes, formes rondes et assez voisin de la perdrix.  Malgré la mauvaise aptitude au vol de ces oiseaux on trouve des espèces de cailles sédentaires dans les pays chauds et migratrices dans les pays tempérés. Le contenu de ce guide s’oriente beaucoup plus sur la maitrise et la méthode de suivi afin de réussir un bon  élevage. 

Il existe 02 espèces bien différentes à savoir : 

La caille commune ou sauvage (Coturnix coturnix) : est difficile à domestiquer à cause de ses tendances migratoires dont la ponte saisonnière atteint 8 à 18 œufs. 

La caille domestique (Coturnix Japonica): est élevée, depuis sa domestication au japon, cette dernière se différencie de la caille sauvage par son poids qui est de 30 à 60% > et par une ponte qui dure toute l’année et peut atteindre 300 œufs. 

Connues depuis la plus haute antiquité dans les pays d’Europe (France, l’Italie et l’Espagne), d’Asie (Japon, Taiwan et Philippine) et d’Afrique, les cailles séjournent dans les plaines et les clairières.  Cet oiseau est connu par la qualité de sa chair et la saveur de ses œufs, par une ponte précoce et abondante. Elle a une maturité sexuelle précoce à l’âge de 42 jours lié à un caractère de prolificité important, une croissance rapide sans oublier la rusticité. 

Quatre volets à traiter dans le contenu de ce guide. 

1er volet : Le bâtiment d’élevage, doit être isolé et disposant d’une bonne aération, La caille est un oiseau peu exigeant et qui s’adapte très vite à son environnement de vie.  

2éme volet : Conduite d’élevage proprement dite, qui sera divisé en 02 phases à savoir la phase d’élevage et de reproduction. 

3éme volet : La collecte, tri et incubation des œufs. 

4éme volet : Engraissement. 

 

1er volet : Le Bâtiment d’élevage 

Pour assurer un bon suivi et déroulement de l’élevage, l’éleveur doit disposer de 03 salles différentes à savoir : 

Un 1er espace pour la reproduction, un 2éme pour l’engraissement et enfin une salle d’incubation tout en respectant les règles d’hygiène. 

2éme volet : Reproduction. 

 La préparation des futures reproductrices doit passer par une phase de démarrage qui est délicate et plus importante, afin d’assurer par la suite un très bon cycle de ponte et de valoriser au maximum le potentiel génétique de l’animal. Pour arriver à ce stade, l’éleveur doit préparer une bonne poussinière qui répond aux normes. 

 La phase d’élevage se fait au sol toute en respectant la densité d’élevage, s’approprier d’un matériel spécial caille surtout pour l’abreuvement. 

Vu son poids faible 10g environ à l’éclosion, le poussin cailleteaux doit être manipulé avec beaucoup de soins et le placer dans une poussinière. 

 Normes d’ambiance de la caille reproductrice (0-6 semaines)

L’entrée en ponte peut être retardée si la croissance est faible ou si la durée d’éclairement décroit. 

Norme d’élevage et besoins de la caille reproductrice en matériel (0-6 semaines)

Le programme alimentaire des futurs reproducteurs est le suivant: Aliment démarrage (0-3 semaines) et Aliment croissance (4-6 semaines). On préconise généralement d’utiliser un aliment spécial poulet de chair distribué à volonté. Une phase de transition est très importante pour le passage à l’aliment Ponte dès la 6éme semaine d’âge. 

La phase de reproduction, se fait soit au sol ou en cages, ces 02 types d’élevage présentent des avantages et des inconvénients. 

Durant la période de ponte, l’aliment ponte pondeuse disponible sur le marché sera distribué à raison de 35g /sujet/jour et il faut veiller à une concentration en protéines élevée (de 28% à 20% du démarrage à la reproduction). 

L’aliment est constitué de Mais, tourteaux de soja, issues de meunerie, phosphate-bi calcique, calcaire et CMV.  

Le mâle et la femelle commencent à se reproduire à l’âge de 45 jours. 

Les accouplements sont généralement réalisés par groupe de 2 à 3 femelles pour 1 mâle. La caille japonaise est une excellente pondeuse (300 à 400 œufs/an), avec une durée de ponte de 5 à 6 mois à condition de maintenir un éclairement constant de 16h de lumière/jour. 

Le mâle se reconnaît aussi par son comportement agressif nettement marqué, avec une activité sexuelle très intense (06) mois environ et décline graduellement par la suite, ils sont capables de s’accoupler quotidiennement plusieurs fois / jour. 

 3éme volet : La collecte, tri et incubation des œufs. 

 La caille est une pondeuse très prolifique, les premiers œufs apparaissent entre 6éme et 7éme semaines d’âge avec un faible poids moyen de 8 g environ. Les œufs incubables doivent peser entre 10 à 12g à la 10éme semaine d’âge. 

La ponte atteint très rapidement son pic et reste très intense durant le 4éme et 5éme mois et diminue fortement après le 6éme mois. 

La collecte des œufs se fait 2 à 3 fois /jour, une désinfection par fumigation avant leurs stockages est nécessaire. Ils seront conservés dans un endroit obscur, frais, là ou la température ne doit pas dépasser les 15°C. 

La durée de conservation ne doit pas dépasser 7 jours, au-delà, le taux d’éclosion diminue très rapidement. 

 Influence de la durée de conservation des œufs sur le taux d’éclosion

Les œufs doivent être placés dans le plateau la pointe vers le bas. 

Le tri des œufs avant la mise en incubation permet d’éliminer ceux présentant les défauts suivants : coquille fêlée ou cassée ; coquille fine et molle et ni trop décolorés, ni trop foncés.

L’incubation artificielle est bien maîtrisée pour les œufs de plus de 10g. La caille à un développement embryonnaire extrêmement rapide et la durée totale d’incubation est de 16 jours dont 14 jours d’incubation proprement dite, et, 2 jours d’éclosion. 

Normes de température et d’hygrométrie à respecter pendant l’incubation. 

Le retournement des œufs s’effectue toutes les 8 heures. Le taux moyen d’éclosion se situe entre 65 et 70%. 

Les cailleteaux peuvent être conservés facilement 1 à 2 jours dans l’éclosoir car leurs réserves leur permettent de subsister pendant cette période. De plus pendant ce temps leur duvet aura eu le temps de sécher. 

En période normale d’incubation, il existe 02 pics de mortalité embryonnaire : La 1ére au cours des 3 premiers jours du développement et la 2éme lors des 2 derniers jours qui sont dues au non-respect des normes de température et d’hygrométrie au niveau de l’incubateur. 

Plusieurs facteurs influençant les résultats d’éclosion peuvent être cités et que l’éleveur doit prendre en considération à savoir : Le non-respect du sexe ratio entre mâle et femelle, Age des reproducteurs, Mauvaise conservation des œufs et le non-respect des conditions de température et hygrométrie dans l’éclosoir. 

4éme volet : Engraissement. 

L’élevage du cailleteau chair peut se faire au sol comme en cage.  Le démarrage au sol nécessite beaucoup de soins et de surveillance que celui en batterie. 

Quelques recommandations à suivre durant le cycle d’élevage du cailleteau chair : 

  • Le cailleteau à des réserves de vie très importantes alors il doit s’alimenter en eau et en aliment le plus rapidement possible. 
  • Le chauffage doit être assuré par des radiants à gaz de petit modèle tout en veillant sur les normes de température et d’hygrométrie. 
  • Une densité plus forte que celle indiquée est néfaste à l’obtention d’une bonne croissance. 
  • L’éclairement doit être scrupuleusement respecté de manière à réussir un bon démarrage, par la suite on réduit l’intensité pour éviter l’énervement et le picage. 
  • La disposition des abreuvoirs et des mangeoires doit être respectée selon les normes avec une attention particulière aux dimensions des abreuvoirs. 
  • Un taux de mortalité élevé a été observé dû aux noyades, alors il faut utiliser des abreuvoirs spécifiques à la caille au démarrage. 

L’élevage en batterie nécessite une cage à plusieurs niveaux identique à celle des reproducteurs excepté au niveau du plancher qui est plat et non incliné et ne disposant pas de système de récolte des œufs. Nous suggérons une densité de 70 à 80 sujets/m2

Le cailleteau à l’engraissement  est un animal très gaspilleur, ce qui oblige l’éleveur à attacher beaucoup d’importance à la forme et à la présentation de l’aliment en fonction du stade de développement. 

 Tout l’éleveur qui possède un broyeur mélangeur et peut fabriquer son propre aliment, voici les besoins et les caractéristiques de l’aliment de caille en période d’engraissement. 

Besoins en protéines, énergie et minéraux du cailleteau chair à l’engraissement en (%) du régime.  

Les jeunes cailleteaux grandissent très rapidement, leurs poids passent de 10g à 125 g de la naissance à 35 jours, et à 165g à 42 jours.  L’éleveur doit s’approprier d’un matériel spécial caille tout en distribuant l’aliment plusieurs fois par jour afin d’éviter le gaspillage. 

Les cailles présentent peu de symptômes pathologiques à condition qu’elles soient tenues à l’écart des autres élevages de volailles.  

Les maladies sont surtout la conséquence d’affaiblissements parasitaires. La moindre erreur d’élevage (densité trop élevée, abreuvement insuffisant, éclairement intense) peut provoquer du cannibalisme. 

 

Aimé LUSAMBULU

CENADEP BOMA

Projet KUTUELA

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.