FESTIVAL DES FILMS ALIMENTERRE : pour mieux comprendre et s’approprier les enjeux complexes de l’agriculture et de l’alimentation

0 Shares

La cinquième édition du Festival des films alimenterre démarre ce  jeudi 02 Décembre 2021, à l’Académie de Beaux-Arts de Kinshasa.  Cette édition va s’étendre jusqu’au 16 Décembre 2021 au niveau des provinces. Elle présentera une sélection des films qui mettent en évidence les désordres alimentaires dans le monde.

L’un des films en d’affiche est le film Amuka, l’éveil des paysans congolais réalisé par le Belge Antonio Spanò, qui aborde l’histoires des 4 petits producteurs, 4 provinces et 4 parcours qui s’entrecroisent. A pied, en pirogue, perchés au sommet de camions-épaves, ils quittent leur village et s’engagent sur le chemin du marché avec une seule volonté, celle de faire vivre une agriculture familiale dont 70% des congolais dépendent.

Par ces projections, le FAT informe et sensibilise le grand public sans aucune exception à la nécessité de soutenir un modèle agricole plus équitable et plus respectueux de l’environnement. En République Démocratique du Congo, le secteur agricole et alimentaire mérite une attention particulière pour atteindre son émergence. Ainsi, le FAT se veut développer auprès des congolais une citoyenneté internationale autour du soutien à l’agriculture familiale durable afin de réduire la pauvreté en milieu rural/périurbain et ainsi contribuer à la sécurité alimentaire en RDC.

A l’issue de ces projections, le public sera amené à proposer des alternatives et des pistes d’actions qui promeuvent un modèle agricole durable, rémunérateur et équitable. D’où chaque congolais doit démontrer un réel intérêt pour ces enjeux complexes de l’agriculture et de l’alimentation qui touchent le monde et particulièrement la RDC.

Dans ce contexte marqué par la pandémie de covid 19, cette année, ce Festival met l’accent sur la résilience face à un effondrement des systèmes alimentaires industriels, l’urgence de reconnecter au local, les alternatives à l’agro-business, l’importance de la souveraineté alimentaire en Afrique, la question du bien élever-bien tuer-bien manger, les perspectives pour les jeunes agriculteurs et l’importance de réinventer en temps de crise.

Ainsi SOS Faim et ses partenaires sensibilisent également les autorités et les décideurs aux préoccupations des organisations paysannes. Ces problèmes étant éminemment politiques, les paysans ont besoin de la mobilisation de toute personne capable d’influencer les décideurs à adopter des politiques en faveur d’un modèle agricole durable.

En RDC, le FAT est organisé par SOS Faim Belgique et ses partenaires dont la délégation générale Wallonie Bruxelles à Kinshasa, l’espace Texaf Bilembo, la CONAPAC, le CENADEP, ENABEL, l’alliance AgriCongo, TRIAS et BD, tous réunis au sein d’un comité de pilotage. IL se déroulera à Kinshasa, au Kwilu, TSHOPO, KONGO CENTRAL, KASAI, KWILU, Mai ndombe, Kongo Central, Tshopo, Equateur, Mongala.

 

                                                                                 Myriam Bwiti

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.