CECAFEP : 16 ans d’existence dans l’accompagnement économique des femmes paysannes

0 Shares

Dans le cadre de renforcement  des capacités économiques de la femme paysanne qui sont encore très faibles, les femmes paysannes du Nord Kivu ont adhéré à la caisse d’épargne et de crédit pour les femmes paysannes, CECAFEP,  mise en place en 2006. 

Cette coopérative, reconnue par la Banque Centrale du Congo avec son numéro d’agrément a pour objectif d’appuyer les activités génératrices des revenus des femmes, a indiqué Victorine Vasianirya, la cofondatrice de la CECAFEP et présidente de l’Académie nationale paysanne congolaise, en sigle, ANPC.

Mme Victorine Vasianirya, a souligné que cette coopérative éprouve des difficultés de prêter de grands montants, car les axes dans lesquels nous travaillons comme les petits commerces, les activités agricoles ne nous permettent pas de prêter de grandes sommes d’argent, dont le remboursement serait un problème.  Il y aussi une autre difficulté liée à l’insécurité pour laquelle nous demandons au gouvernement de remédier à ce problème, car cela ne nous permet pas de développer d’autres stratégies économiques. 

La CECAFEP avait commencé en 2006 avec les parts sociales des membres et  depuis lors, elle sensibilise les membres sur la culture de prêts et d’épargne. Elle évolue très bien, mais malheureusement, comme elle est agréée par la Banque centrale du Congo, elle doit avoir un guichet unique au niveau de Butembo au Nord Kivu, sinon elle allait s’étendre dans toutes les provinces pour aider également d’autres femmes, a-t-elle ajouté.

Dans ce même cadre d’accompagnement des femmes, l’ANPC élabore des modules de formation sur quatre axes : le savoir qui vise le renforcement des connaissances, sur le vouloir qui suscite les femmes à élargir leurs réseaux, sur le pouvoir qui renforce le leadership de la femme et enfin sur l’avoir.  Dans ce dernier angle, l’ANPC forme la femme à développer des compétences économiques, ainsi elle a mis en place des activités pour renforcer l’autonomisation de la femme paysanne. Il s’agit des activités suivantes : la création des entreprises agroécologiques, les tontines, les activités génératrices des revenus.

 

                                                                                                      Myriam BWITI

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.